L’AEEH2018-01-04T09:46:52+01:00

L’AEEH

Principe

L’Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé (AEEH) est une prestation familiale destinée à compenser les frais d’éducation et de soins apportés à un enfant handicapé.
Elle est composée d’une allocation de base à laquelle peut s’ajouter un complément, attribué en tenant compte de l’ensemble des besoins qu’il s’agisse d’aide humaine ou de frais liés au handicap.

Conditions pour bénéficier de l’AEEH

– être français ou de nationalité étrangère en situation régulière
– résider en France ou dans un département d’outre-mer
– avoir à sa charge un enfant handicapé de moins de 20 ans

Le droit de bénéficier de l’AEEH dépend du taux d’incapacité de l’enfant. La Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH) se prononce sur l’attribution de l’allocation, des compléments et sur leur durée de versement.

Complément d’allocation

Depuis le 1er avril 2002 le complément mensuel d’allocation d’éducation est divisé en six catégories de bénéficiaires. Les bénéficiaires du régime antérieur sont présumés remplir les conditions requises. Ils continueront à bénéficier de l’ancien régime jusqu’au réexamen automatique de leur situation par les commissions départementales de l’éducation spéciale.

Montant de l’AEEH

Le montant dépend de l’incapacité de l’enfant.
Ce montant peut être majoré par un complément accordé par la CDAPH qui prend en compte :
– le coût du handicap de l’enfant
– la cessation ou la réduction d’activité professionnelle de l’un ou l’autre des deux parents ;
– l’embauche d’une tierce personne rémunérée
Une majoration est versée au parent isolé bénéficiaire d’un complément d’AEEH lorsqu’il cesse ou réduit son activité professionnelle ou lorsqu’il embauche une tierce personne rémunérée.
L’AEEH ne peut être attribuée à un jeune handicapé exerçant une activité professionnelle si la rémunération perçue est supérieure à 55 % du SMIC mensuel.

Droit d’option

Depuis le 1er avril 2008, les familles d’enfants handicapés peuvent demander à bénéficier soit :
– de l’allocation de base de l’AEEH et éventuellement de son complément
– de l’allocation de base de l’AEEH et de la PCH
– de l’allocation de base de l’AEEH et d’un complément